Lutherie du ukulélé : anatomie de l’instrument

La fabrication du ukulélé relève d’une technique apprise en atelier de lutherie. L’ukulélé est un instrument de musique à quatre cordes pincées hawaïen. Il a la forme proche de la guitare. Il est divisé en 3 parties : la tête, le manche et le corps. Le corps est relié au manche par le talon.

La tête du ukulélé

La tête de l’ukulélé comporte le mécanisme d’accordage qui reçoit les cordes : ce sont les clefs. Pour accorder l’instrument, il faut soit des chevilles pour les modèles anciens, soit des clefs mécaniques pour les modèles récents. Ces clefs tendent ou détendent les cordes pour régler le son de l’ukulélé. Ils sont soit perpendiculaires à l’arrière de la tête, soit perpendiculaires à l’axe de l’instrument. La tête comporte également le sillet de tête qui se trouve à la jonction tête/touche. Le sillet est en os ou en plastique imitation ivoire, il assure l’écartement des cordes. On peut aussi trouver sur la tête la marque du ukulélé, son numéro de série, le sigle de la lutherie qui l’a fabriqué. L’ornement de la tête est variable selon fabriquant.

Le manche du ukulélé

Sur le manche se trouve la touche, les frettes et les repères de touche. La touche est la partie du manche qui se trouve sous les cordes et là où on pose les doigts pour jouer l’ukulélé. Elle est en bois rigide tandis que les frettes sont en métal. Ces frettes servent à diviser le manche en cases. Les repères de touche sont des points métalliques qui se trouvent sur la 5ème, 7ème et 10ème case du manche. Elles servent à guider la position du doigt. Le manche du ukulélé est fixé à son corps le plus souvent par collage, ou par vissage, et dès fois même le corps et le manche sont sculptés ensemble.  La jonction du manche et du corps s’appelle talon.

Le corps du ukulélé

Le corps, appelé aussi caisse de résonance du ukulélé est de taille variable et creux. Il est formé par : la table d’harmonie qui est la face antérieure, les éclisses qui sont les formes creuses sur les côtés du corps et enfin le dos. Le trou qu’on trouve percé sur la table d’harmonie s’appelle ouïe ou bouche. C’est lui qui amplifie le son des cordes. La table d’harmonie doit être très fine pour qu’elle puisse bien transmettre les vibrations. Elle peut être en bois ou en plastique. Sur la table d’harmonie, on trouve aussi le chevalet qui fixe les 4 cordes et sur celui-ci se trouve le sillet. Enfin, en général, le corps et la table d’harmonie sont fabriqués avec la même matière, même variété de bois.